Un paradis pour les pollinisateurs dans le Parc naturel de la Nagelfluhkette

//Un paradis pour les pollinisateurs dans le Parc naturel de la Nagelfluhkette

Un paradis pour les pollinisateurs dans le Parc naturel de la Nagelfluhkette

WP_20190424_06_05_09_Pro.jpg

À Riefensberg dans le Vorarlberg, un petit groupe de bénévoles a voulu faire quelque chose pour nos pollinisateurs. Aussitôt dit, aussitôt fait ! Ils ont rapidement trouvé un terrain approprié, le « Naturbündt ». Après concertation avec le bureau d’études environnemental UMG (www.umg.at), les premières mesures ont été mises en œuvre l’année dernière.

Un rucher de démonstration a été installé dans un ancien grenier à foin. La forêt a été débarrassée des grands épicéas avec l’aide du garde forestier pour faciliter la pénétration de la lumière, et une prairie maigre a été débarrassée de sa mousse.

Cette année aussi, les travaux avancent à grands pas. Il est notamment prévu de valoriser la lisière de la forêt avec des arbustes à fleurs locaux, de planter des variétés anciennes d’arbres fruitiers, de construire un muret de pierres sèches monté avec de l’argile, de disposer des tas de bois mort et de planter ou semer des plantes appropriées.

Du côté allemand du parc transnational, en Allgäu, les défenseurs des abeilles ne sont pas en reste. En collaboration avec l’administration en charge de la forêt et de la protection de la nature, un projet exemplaire est actuellement réalisé à Immenstadt dans la Steigbachtal, où des bermes mises en place pour étayer la pente après un glissement de terrain sont actuellement aménagées pour favoriser les pollinisateurs.

Les apprentis qui ont réalisé les premiers travaux l’année dernière ont mis tout leur cœur à l’ouvrage ! La première berme a été transformée en sentier naturel. La zone a été débroussaillée, et un mélange de sable et de gravier a été déversé sur le sol. On a ensuite replanté ou réensemencé des espèces locales fleurissant de mars à septembre. Le sentier étroit guide les visiteurs et attire leur attention sur les plantes et les petites structures. Le bois mort, les murets d’argile, les variétés locales d’arbustes et les petites mares sont ainsi mis en valeur et incitent le public à prendre des mesures similaires dans les jardins particuliers.

Ici aussi, les travaux vont se poursuivre cette année. Des panneaux vont notamment être installés pour attirer l’attention sur le rôle des pollinisateurs, en particulier des abeilles sauvages, ainsi que sur la biodiversité nécessaire, et la deuxième berme va être elle aussi aménagée.

Ces projets phares du Parc naturel portent déjà leurs fruits : d’autres communes ont demandé notre aide pour mettre en place des mesures en faveur des pollinisateurs !

Un article de Carola Bauer / Parc naturel de la Nagelfluhkette (D/A)

By |2019-06-18T15:11:49+01:00juin 18th, 2019|Projet|0 Comments

About the Author:

CIPRA
La Commission Internationale pour la Protection des Alpes, la CIPRA, est une organisation faîtière non gouvernementale avec des représentations nationales et une représentation régionale dans les sept pays alpins. Elle regroupe plus de cent associations et organisations. La CIPRA œuvre pour un développement durable dans les Alpes, comprenant la préservation du patrimoine culturel et naturel, de la diversité régionale, ainsi que la proposition de solutions transnationales répondant aux problèmes rencontrés dans l'espace alpin.

Leave A Comment

Die CIPRA setzt BeeAware! in Kooperation mit dem Gemeindenetzwerk «Allianz in den Alpen» und dem Verein «Alpenstadt des Jahres» um. Das Projekt wird von dem Deutschen Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Nuklearer Sicherheit (BMU) und aus Drittmitteln finanziert.